Imprimir PDF

LETTRE DE L’ÉDITRICE

Eau, maths et maladies negligées

Des courants de vapeur d’eau qui se forment au-dessus de la forêt tropicale amazonienne exportent des pluies au sud du Brésil

Gerard Moss/projet ”Fleuves Volants”Des courants de vapeur d’eau qui se forment au-dessus de la forêt tropicale amazonienne exportent des pluies au sud du Brésil Gerard Moss/projet ”Fleuves Volants”

Nous sommes heureux de vous présenter ce numéro spécial de Pesquisa FAPESP en français. La présente édition réunit une sélection de reportages publiés originairement dans la version en langue portugaise de notre revue mensuelle, entre septembre 2014 et février 2015 (numéros 223 à 228).

L’article central étudie la pénurie d’eau qu’atteint en ce moment le sud-ouest du Brésil, un problème de plus en plus global. La recherche montre la fonction du fleuve Amazone dans la création d’un « fleuve vertical » qui puise ses eaux dans l’Océan Atlantique et dans le sol, pour alimenter les nuages et contribuer au changement de la direction des vents qui font circuler l’eau à travers l’Amérique du Sud. Les recherches dévelopées par l’INPE (Institut National pour les Recherches Spatiales) font apparaître un modèle différent de circulation – un modèle qui s’éloigne du modèle climatique prévu. Le déboisement accroît la complexité du problème puisqu’il modifie les modèles de pression, et est possiblement en train de provoquer un déclin des vents des vents humides qui soufflent de l’océan vers le continent.

La présente édition présente aussi un profil du mathématicien Artur Ávila, premier Brésilien et premier Sud-Américain à recevoir la Fields Medal, le plus prestigieux des prix en mathématiques. Spécialiste des systèmes dynamiques, Ávila est lié à l’IMPA (Institut pour les Mathématiques Pures et Appliquées), à Rio de Janeiro, et au CNRS (Centre National pour la Recherche Scientifique), à Paris. Ce carioca a partagé le prix avec trois autres lauréats, dont la première femme à recevoir cet honneur. Dans l’interview presentée ici, Ávila explique sa méthode de travail. Pour lui, lire des livres et des articles n’est pas le plus important; il préfère travailler en collaboration avec d’autres chercheurs, des spécialistes de ses différents champs d’interêt. Cela lui permet d’apprendre ce qui est le plus important dans leurs travaux, et d’utiliser cette connaissance pour attaquer le problème qui l’occupe à un moment ou à un autre.

La possibilité de coopération pour le développement et la mise à point de nouveaux traitements pour des maladies negligées, telles que le mal de Chagas, la leishmaniose viscérale, la malaria et la maladie du sommeil, a été discutée au siège de FAPESP en novembre 2014. Les participants, en plus de FAPESP, étaient la Royal Society of Chemistry, du Royaume Uni, et des organisations internationales telles que Drugs for Neglected Diseases initiative et Medicines for Malaria Venture. On a conclu, entre autres choses, que le Brésil est en état d’offrir une contribution importante à la découverte de nouveaux médicaments, par exemple dans les champs de la chimie organique et de la biologie moléculaire. Pourtant, un effort considérable est toujours nécessaire pour établir des connections entre les différents groupes de recherche et pour créer des dispositifs de soutien à la coopération internationale dans ce champ au Brésil.

Quant aux maladies négligées, Pesquisa FAPESP rend hommage à la mémoire d’un grand homme de science, Luiz Hildebrando Pereira da Silva, un des parasitologues les plus respectés au monde dans le champ de la médecine tropicale. Luiz Hildebrando a passé la plus grande partie de sa carrière à l’Institut Pasteur, à Paris, en tant que réfugié politique, et a développé des recherches très importantes en biologie moléculaire de la malaria. Après sa retraite de l’Institut Pasteur, en 1996, il est rentré au Brésil pour reprendre la direction de programmes de recherche en Amazonie, et a été directement responsable de la diminution des cas de malaria dans la région. Luiz Hildebrando est mort en septembre 2014, à l’âge de 86 ans, après une vie pleine de réalisations et entièrement dédiée à la science et à l’amélioration du bien-être de l’humanité.

Plusieurs autres articles pourront vous intéresser dans ce numéro de Pesquisa FAPESP.

Bonne lecture!

Republish